24
Ven, Mar
41 Nouveautés

Outils
Typographie

Photo du marché central Royan occupe un site naturel privilégié, le long d’une grande plage de sable fin, à l’entrée de l’estuaire de la Gironde.
Au XIXe siècle, Royan est une petite cité balnéaire, qui doit son développement à la mode des bains de mer venue d’Angleterre et au développement de la navigation à vapeur. Une liaison entre Bordeaux et Royan s’établit rapidement, et la ville s’adapte au tourisme. À la fin du XIXe siècle, avec l’arrivée du chemin de fer, Royan devient une station touristique fréquentée aussi bien par la bourgeoisie bordelaise que par le Tout-Paris.

Dans la nuit du 4 au 5 janvier 1945, Royan est durement touchée par les bombardements des alliés qui cherchent à détruire l’un des derniers retranchements nazis, la « Poche de Royan ». La ville est détruite à 85 %. Les seules zones épargnées sont celles du Parc et de Pontaillac.
À l’époque, Royan comptait près de 4000 villas. 250 environ échappèrent aux bombes. Une trentaine d’entre elles témoignent encore de la qualité exceptionnelle de cette architecture balnéaire, qui propose de nombreuses variations autour de trois types de constructions : le chalet, le castel ou le cottage. Dès juillet 1945, le projet de reconstruction est confié à Claude Ferret qui cumule les responsabilités d’urbaniste et d’architecte en chef.

La question de la reconstruction à l’identique ne se posait pas à Royan, contrairement à Saint-Malo ou Gien. Au contraire, la destruction presque totale de la ville permit d’envisager un plan global, adapté au caractère balnéaire de la cité, et intégrant les dernières réflexions en matière d’urbanisme. Royan est donc devenue un « laboratoire d’architecture moderne. »

Royan apparaît en effet comme une tentative pour mettre en application les grands principes d’architecture du Mouvement Moderne, dont l’une des idées maîtresse tend vers un meilleur confort intérieur : « de la lumière de l’air et du soleil », selon le célèbre mot d’ordre. On trouve ainsi à Royan les toits terrasses, les pilotis, les immeubles à redans, les loggias, et surtout l’utilisation du béton, blanc ou peint.

Cette architecture, pourtant unique en France est malheureusement mal comprise, et mal aimée d’une partie des Royannais , qui ne voient pas l’un des grands mérites des reconstructeurs : la réussite sociale et populaire de leur œuvre.
Ce désamour, et ce manque d’appropriation a entrainé la destruction d’œuvres emblématiques de la reconstruction. La poste a été défigurée au milieu des années 70 par une construction brutaliste sans âme, et amputée de sa galerie sinueuse. Laissé à l’abandon, le casino de Ferret est fermé, et finalement détruit en 1985, son état étant jugé irrécupérable. À la même époque, le portique reliant les deux ailes du front de mer, qui avait fait l’objet d’âpres discussions lors de sa construction, et n’avait jamais vraiment été accepté par la population, est à son tour démoli. Le Palais des Congrès, enfin, a vu sa façade profondément altérée par l’ajout d’une paroi uniforme en verre, qui clôt le parallélépipède que Ferret s’était ingénié à évider.

Une étude datant des années 80 a montré que la ville de Royan évoquait aux gens interrogés avant tout la station balnéaire : vacances, soleil, et mer sont les mots que la plupart utilisait pour définir la ville. L’architecture des constructions et des ensembles urbains ne présentaient à leurs yeux qu’un intérêt tout relatif. Seule l’église Notre-Dame semblait appréciée comme le monument le plus emblématique de la ville. Pour les personnes interrogées, la ville n’a pas d’identité architecturale, ni d’intérêt patrimonial, à l’exception des villas de la Belle Époque.

pat2014

À la fin des années 80, la municipalité prit conscience de l’importance de sauvegarder et de protéger ce patrimoine des années 50. Cela a conduit à l’élaboration en 1992 d’une zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP), portant sur les constructions des années 50, mais aussi sur les villas balnéaires de la fin du XIXe, début du XXe siècle. Cette ZPPAUP vise notamment à arrêter la dégradation rapide des immeubles du centre-ville, aux façades mal entretenues, voire carrément remaniées.

L’église Notre-Dame a été classée Monument historique en 1988, mais il faudra attendre 2002 pour que d’autres constructions majeures de la Reconstruction le soient également : le temple protestant, le marché, les villas Hélianthe et Ombre Blanche, 2004, pour la résidence Foncillon, 2007, pour la villa construite par Pierre Marmouget rue du collège et 2011 pour le Palais des Congrès.

En 2010, la Ville de Royan, souhaitant continuer à valoriser son patrimoine, a candidaté au label Ville d’Art et d’Histoire, qui lui a été décerné par le Ministère de la Culture et de la Communication en janvier 2011.

...Et aussi à Royan                           

Mais encore...

24 Mars 2017CONFÉRENCE • LA PRÉVENTION DE LA DÉLINQUANCE
Salle Jean Gabin, 112 rue Gambetta

Culture

25 Mars 2017SOIRÉE SPECTACLE • ANNA THEME TRIO
Palais des Congrès, 42 avenue des Congrès - Café du Palais,
25 Mars 2017DANSE • NIPPLES THEORY
Salle Jean GABIN, 112 rue Gambetta
29 Mars 2017L’HEURE MUSICALE • ÉVEIL MUSICAL
École de Musique, 1 rue des Arts

Solidarité

27 Mars 2017MA COMMUNE MA SANTÉ : LA SOLUTION SANTÉ COMMUNALE
Centre Communal d’Action Sociale (CCAS), 61 bis rue Paul Doumer
04 Avril 2017PERMANENCE « ROYAN PENSA VOUS ! »
Palais des Congrès, salle Grande Conche, 2 avenue des Congrès
13 Avril 2017PERMANENCE LOGEMENT ABORDABLE
Maison des Associations, 61 bis rue Paul Doumer

Jeunesse

25 Mars 2017LES RENDEZ-VOUS DE LA LUDOTHÈQUE
École élémentaire la Clairière, 2 av de la Clairière
29 Mars 2017L’HEURE DU CONTE POUR LES GRANDS • RÉCITS DE VOYAGES
Médiathèque, 1 bis rue de Foncillon
Haut

00FB100   00Insta100   00YT100