Ban Environnement

Avec la prolifération de cette espèce, les autorités mettent en place un dispositif de surveillance du 1er mai au 30 novembre. Celui-ci permet la détection de son implantation dans les autres départements de la région.

Le moustique tigre fait l'objet d'un suivi spécifique car il peut transmettre la Dengue, le Chikungunya ou le Zika. Même si actuellement, aucune épidémie n'a été recensée en France Métropolitaine, la vigilance accrue du développement de cette espèce est précieuse pour la santé de chacun.

Le moustique tigre ne représente pas un risque sanitaire pour la population. Chacun, en adoptant des gestes simples, peut contribuer à éviter la prolifération du moustique tigre :

  • éliminez les endroits où l'eau peut stagner (coupelles des pots de fleurs, jeux d'enfants, mobilier extérieur, pneus usagés...)
  • vérifiez le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usagées (gouttières, rigoles...)
  • couvrez les réservoirs d'eau : bidons d'eau, citernes, bassins, avec un voile ou un simple tissu ainsi que les piscines hors d'usage.

Quels sont les risques infectieux ?

Il faut savoir que le moustique tigre n'est pas porteur de virus. Il ne représente un risque pour la population que s'il a piqué au préalable une personne déjà infectée, revenant d'un pays où sévissent ces maladies. Si vous partez en voyage en zone tropicale, il est important que vous vous protégiez des piqûres de moustique durant votre séjour.

En cas de symptômes de fièvre brutale, douleurs musculaires, éruptions cutanées, contactez un médecin le plus rapidement possible.


La flore, la faune et en particulier les oiseaux sont de bons indicateurs de l’état des milieux naturels mais aussi de la qualité du cadre de vie.

En partenariat avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) de la Charente-Maritime, la Ville a créé un refuge sur les secteurs du Jardin du Parc et du Riveau de Vallières. Dans ce quartier boisé, riche en espèces de toutes sortes, le projet a pour but de préserver la biodiversité et de favoriser la découverte de cet environnement.

En s’appuyant sur un diagnostic naturaliste révisé en 2019, de nouvelles pratiques de gestion ont ainsi été mises en place. L’installation de nichoirs et d’hôtels à insectes vient également conforter ces efforts.

Des panneaux pédagogiques ont été apposés à l’attention du public pour apprendre à reconnaître les différentes espèces. 30 nichoirs ont été installés sur le site du Refuge LPO Jardin du Parc et Riveau de Vallières, pour les espèces suivantes : Rougequeue à front blanc, Grimpereau des jardins, Huppe fasciée, Sitelle torchepot,Moineau friquet, Torcole fourmilier, Petit-duc scops, Gobemouche gris, Rougequeue noir et Chouetteeffraie. Puis, dans le cadre de la lutte contre la chenille processionnaire du pin, une vingtaine de nichoirsà mésanges a été disposée dans les quartiers du Parc et de Pontaillac.


Nettoyage des plages : participez avec les bacs à marée !

Le littoral est un milieu sensible où se concentrent de nombreuses activités professionnelles et de loisirs. Pour préserver son environnement, la Ville de Royan mène des actions de sensibilisation durant l’été. Cet engagement se poursuit aussi durant la trêve hivernale.

Depuis plusieurs années, de novembre à mars inclus, la municipalité a fait le choix de suspendre le nettoyage mécanique des plages pour conserver les dépôts marins. L’accumulation des débris naturels favorise le maintien du sable et constitue un habitat privilégié pour la biodiversité du littoral. Ce mode de gestion permet malheureusement de constater que de nombreux déchets d’origine humaine s’échouent sur le rivage.

Si la commune organise des opérations de nettoyage manuel, notamment avec le Pôle-Nature du Parc de l’Estuaire dans le cadre des « Actions Estran », il n’est pas possible d’intervenir régulièrement sur tous les sites. La solution des bacs à marée vient compléter la démarche en permettant à chacun de participer librement à la collecte.

Pour la saison hivernale, cinq bacs ont été installés sur la commune de Royan :

  • plage de Pontaillac (accès n°1 et 3)
  • plage de Foncillon (accès n°23)
  • plage de la Grande Conche (accès n°46 et 51).

Ces équipements sont dédiés au ramassage des plastiques, du verre, des filets et autres éléments souillés apportés par la mer. La récupération et le tri des déchets sont assurés par une entreprise d’insertion. Les bacs sont intégrés à un réseau suivi par l’éco-organisme TEO.

Pour localiser les bacs à marée ou effectuer un signalement, vous pouvez consulter le site suivant : https://bacamaree.fr/

Sur une vaste prairie située à l’arrière de l’Institut de Formation de Royan (IFR), la Ville encourage le développement d’espaces potagers. Elle a fait l’acquisition de parcelles pour y créer des jardins familiaux et collectifs loués par une quarantaine de familles.

Au fil des années, le Vallon est devenu un lieu de partage où sont régulièrement proposées des rencontres festives, sur des thèmes en rapport avec la nature et le jardinage. Le site est également un lieu d’expérimentation pour des activités respectueuses de l’environnement. Grâce au soutien des Moutonniers de l’Estuaire, la Ville entretient une partie des prairies avec de l’écopâturage. La présence des moutons est alors une alternative aux interventions mécaniques.

Pour valoriser la plantation d’un grand verger conservatoire par les écoles de la commune, cinq ruches ont été installées à proximité. Les abeilles favorisent ainsi la pollinisation des arbres fruitiers.

Chaque année, pendant la troisième semaine de septembre, sont organisés les Instants Jardins, Festival favorisant la cohésion intergénérationnelle autour de l’environnement et des jardins familiaux.


 

La chenille processionnaire peut certes causer des dégâts sur des pins jeunes ou vieillissants, mais elles sont surtout connues pour leurs poils urticants.

En cas de contact, les symptômes sont généralement bénins. Il y a plus de risques lorsque ces poils entrent en contact avec les yeux ou les voies respiratoires. En cas de symptômes apparents, il faut consulter un médecin sans tarder !

Quelques conseils éco citoyens pour agir ensemble :

L'interdiction de pulvériser des traitements biologiques par voies aériennes limite fortement l'action des collectivités à grande échelle. Si les services municipaux interviennent dès que possible sur l'espace public, les particuliers sont également invités à agir de la même manière sur leur propriété en :

  • Favorisant la diversité et le renouvellement des arbres
  • installant des nichoirs pour attirer des prédateurs comme les mésanges ou la huppe
  • pratiquant l'échenillage afin de retirer les nids et les individus dans les arbres
  • posant des éco-pièges pour capturer les chenilles pendant leur procession
  • informant les proches et les voisins de la présence potentielle de nids ou de chenilles

Dans le cadre de sa compétence sur les nuisibles, la Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) remet gratuitement des éco-pièges, dans la limite des stocks disponibles.