Ban Foire Marches

Le « Permis Piéton », initiative nationale de prévention du risque urbain chez l'enfant, a été de nouveau mis en œuvre cette année, par la Police Municipale de Royan auprès des élèves de CM1-CM2 des écoles de Royan.

Épreuves théoriques en classe

Des policiers municipaux commencent par une présentation de l'opération «Permis Piéton» dans les écoles.
La formation théorique est dispensée par les enseignants, au moyen d'un kit pédagogique « Permis Piéton », à savoir : un guide pour l'enseignant, de 30 codes du jeune Piéton distribués aux enfants et d'un DVD-Rom qui permet aux enseignants, d'aborder le contenu de l'apprentissage sous forme de vidéo clip et de questions à choix multiples.

Prévention et éducation

La formation est basée sur les règles essentielles à connaître pour la sécurité des jeunes : reconnaissance des panneaux, règles de prudence, trottoirs, zones à risques et dangers dans la rue. La priorité est donnée à la prise de conscience du danger en raison de la petite taille des enfants, les incitant ainsi, à prendre en main leur propre sécurité.

Une piste d'éducation routière

Pour assurer le côté pratique, les agents de la Police Municipale installent une Piste d'Éducation Routière dans les cours d'écoles pour mettre les enfants (de CM2) en situation. Le "Permis Piéton" s'adresse, pour sa part, aux élèves de CM1.

 


 

Après une phase de test, un dispositif de contrôle automatisé de franchissement de feu rouge est installé à l'intersection du boulevard de la République et de la rue Gambetta à Royan. Il est entré en fonctionnement le 1er février 2012, 00h00.

Le choix de ce carrefour a fait l'objet d'une concertation entre les services de l'Etat et la ville de Royan. Ce choix est motivé par le constat que de nombreux automobilistes brûlaient régulièrement ce feu rouge en fin de soirée, alors qu'il s'agit d'une zone de passage importante pour permettre aux piétons de rejoindre la plage en saison estivale.

Nous vous rappelons que un an auparavant, le 11 février 2011, un premier radar automatique « feu rouge » est entré en service boulevard de la Grandière. En 2011, ce radar a enregistré, 655 infractions.

Tous les Messages d'Infraction (MIF) qui sont remontés vers le CNT (Centre National de Traitement) de Rennes font l'objet d'une validation manuelle par un policier ou un gendarme (par exemple, le MIF est rejeté si un des clichés prouve que l'usagé franchit le feu pour laisser le passage à un véhicule prioritaire).

Image explicative du contrôle automatique de franchissement de feux rouges

Le « radar feu rouge », comment ça marche ?

Pour les carrefours surveillés, le "radar feu rouge" est installé en amont du feu tricolore. Quand un usager franchit le feu alors que ce dernier est vert, le "radar feux" est inactif (pas de flash).
Quand un usager franchit une première ligne fictive juste avant le feu alors que ce dernier est rouge, un cliché est pris. Ce cliché peut donner lieu au déclenchement d'un flash lumineux. AUCUNE infraction n'est constatée à ce stade, le feu n'est pas franchi.
Un second cliché est pris à quelques dixièmes de seconde d'intervalle. Lorsque le véhicule franchit une deuxième ligne fictive juste après le feu alors que le feu est rouge, l'infraction est constatée.

Quelle est la sanction encourue?

Perte de 4 points sur votre permis de conduire et à une amende de 4ème classe soit 135 €.

Le radar feu rouge verbalise-t-il les excès de vitesse ?

Non. Ces radars ne disposent actuellement d'aucun appareil de mesure de vitesse des véhicules.

Attention : Le code de la route précise que l'usager doit s'arrêter avant la ligne d'effet des feux, et non dessus ou après, si cette ligne est matérialisée au sol (R.412-30) ; Si vous ne respectez pas cette règle, un policier ou un gendarme est susceptible de vous verbaliser (la ligne d'effet des feux, est la ligne discontinue blanche peinte sur la chaussée en amont du feu).

 


 

Le Marché de ROYAN. Entre Terre et Océan, des Saveurs Authentiques

Monument emblématique d’une Ville détruite par les bombardements en janvier 1945, ce bâtiment, classé monument historique en 2002, constitue une véritable prouesse architecturale. Œuvre des architectes Louis Simon et André Morisseau, sa voûte de béton en forme de parachute prend appui sur 13 points, sans aucun pilier intérieur qui puisse entraver la perspective.

Animé par près de 200 commerçants, ouvert 7 jours sur 7 en saison, les mercredis et dimanches hors saison, ce marché est un marché vivant à l’année. Entre terre et océan, il est le lieu des saveurs authentiques. Poissons nobles (bars, soles, maigres) de notre criée, huitres et moules de notre territoire, pineau et cognac de notre terroir, il met en exergue la qualité des produits de nos producteurs, fruits du travail des Femmes et des Hommes de chez nous. Par ailleurs, le marché de ROYAN constitue dans la ville, un haut lieu social d’échanges et d’humanité.

Le Marché central est un des monuments emblématiques du Royan des années 50 et de la Reconstruction, cela au même titre que l’église Notre-Dame, le temple protestant ou encore le Palais des Congrès, définitivement inscrit en 2010 à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

L’édifice est l’œuvre des architectes Louis Simon et André Morisseau, en collaboration avec l’ingénieur René Sarger.
 
Il s’agit d’une architecture audacieuse, prenant appui sur 13 points, sans aucun pilier intérieur entravant la perspective. Sa voûte est composée d’un voile de béton très mince, d’à peine 8 cm, une prouesse pour l’époque ! De briques de verre au sommet permettent de refléter et diffuser un éclairage naturel à l’intérieur.
 
Situé en plein coeur de la ville, il représente près de 200 commerçants, afin de vous faire savourer, déguster et apprécier les spécialités royannaises et d'autres produits que l'on ne trouve nulle part ailleurs.

Les mercredis et dimanches sont les jours de foires, où il accueille de nombreux étals pour satisfaire le plus grand nombre.

Ce marché est l'un des plus importants marchés du pays royannais où l'atmosphère et la bonne humeur s'harmonisent avec sa palette de couleurs et de produits. Les fidèles ne se comptent plus, cherchant l'inspiration culinaire dans un lieu de vie animé et toujours accueillant.


 

Le Marché du Parc accueille une dizaine de commerces du primeur au boucher en passant de l'ostréiculteur au poissonnier...

Ce marché couvert est une réalisation de l'architecte Marc Quentin à la fin des années 50. Son architecture à la structure métallique lui procure un statut à part dans tout le pays royannais.

Il est situé dans le quartier du parc, ce qui fait de lui un lieu convivial, de liens et d'échanges et de proximité par sa situation.


 

Le service des foires et marchés de la Ville de Royan gère d'une part l'ensemble des marchés organisés chaque jour sur son territoire et d'autre part toutes manifestations ou situations qui nécessitent une occupation du domaine public : terrasses, braderies ...